La Dynamique Entrepreneuriale a lancé les assises du Haut-Ogooué

dynamique entrepreneuriale

Axées sur le thème  « évaluer l’entrepreneuriat altogovéen dans la participation à l’économie nationale », les premières assises de dynamique entrepreneuriale du Haut-Ogooué ont été lancées la semaine dernière à Owendo. Ces assises avaient pour objectif de jauger les acteurs économiques de la province et de leur apporter les éléments nécessaires à l’épanouissement de leurs différentes activités.

 

Du 27 au 31 juillet se sont déroulées les premières assises de dynamique entrepreneuriale du Haut-Ogooué dans la commune d’Owendo. Une rencontre marquée par l’ouverture des stands et des séminaires portant sur la micro-finance au développent de l’entrepreneuriat. Aussi par la présence du directeur commercial de la micro-finance FINAM, Jean-Francis ESSEMBESSAME qui s’est proposé d’accompagner les entrepreneurs de la province. Un accompagnement qui nécessite le sérieux de l’entrepreneur ajouté au respect scrupuleux de l’échéancier de remboursement pour être en adéquation avec « l’incursion financière »  entre autres, doivent être de mise. C’est dans cette optique que, Martin Akouangou Coordonnateur des assises du Haut-Ogooué a expliqué le bienfondé de travailler en synergie…

  Pour grandir il ne faut pas rester dans l’individualisme. Si nous voulons grandir, nous devons créer des cohésions, nous avons besoin d’être ensemble, nous devons aller capter de la valeur ajoutée et il y a des institutions financières qui sont au niveau de Libreville et de Franceville sur lesquelles nous pouvons essayer de construire une dynamique ensemble, essayer de proposer des choses, regarder si nous pouvons mettre en place des conventions qui peuvent nous aider à devenir plus grand demain. Un financement qui se fait par fonds propres nous ruine ; ce sont les banques qui financent  les entreprises et  les PME. C’est dans ce sens que nous avons voulu que la Finam nous aide et participe à ces assises.

Par ailleurs, dans le cadre d’un financement la Finam a proposé le crédit tontine, considéré comme le préféré des entrepreneurs. Les collecteurs vont récolter les épargnes journalières ou hebdomadaires auprès des entrepreneurs et chaque jour, ils versent dans notre compte à Finam et au bout de trois mois, si l’entrepreneur est sérieux dans cette collecte, la Finam serait prête à financer à hauteur de 2,5 voir 5 millions de francs en fonction de la mise, ce qui permettrait à l’entrepreneur d’avoir accès au financement.

Aller à la barre d’outils