Investissement: échange économique entre la France et le Gabon

france gabon

Une délégation d’hommes d’affaire français exerçant au Gabon, conduite par Alexis Lamek, ambassadeur de France au Gabon, a échangé, vendredi 16 septembre 2022, avec les membres du gouvernement. Objectif, favoriser les débats en matière d’investissement entre la communauté économique française et le Gabon. 

 

Cette rencontre qui s’est tenue à Libreville s’inscrivait dans une démarche de dialogue public-privé initié par le gouvernement via le ministre de la Promotion des Investissements, Hugues Mbadinga Madiya. Le gouvernement entend accompagner les investisseurs français notamment pour que ces derniers participent davantage à l’éclosion de l’économie du pays.

« Le Gabon continue d’entreprendre des réformes structurelles visant l’amélioration de l’environnement des affaires.» a déclaré, Hugues Mbadinga Madiya, ministre gabonais de la Promotion des Investissements. Il indique par ailleurs que « le gouvernement a également adopté le projet de loi fixant le cadre général de l’investissement au Gabon.»

Une réforme qui selon lui s’ajoute avec l’adoption, il y a quelques mois, du nouveau code du travail, des mines et des hydrocarbures. Toutes ces réformes ont pour ambition de rendre plus attractif et compétitif le climat des affaires au Gabon. A ajouté le ministre de la Promotion des Investissements.

Pour sa part, le diplomate français, Alexis Lamek souligne que « les entreprises françaises sont prêtes à aller plus loin avec le Gabon. » Certes, secouée, il y a peu par la crise du pétrole en 2014 et la crise de la Covid-19, l’économie gabonaise a pris du poil de la bête grâce aux efforts de diversification engagés par le gouvernement à travers le PAT, le cadre de développement de l’action publique.

Non sans rappeler qu’ avec 27% de part de marché, la France est le premier fournisseur du Gabon. Les entreprises ont, depuis des décennies, un rôle prépondérant dans le développement économique du Gabon. Depuis des décennies en effet, la communauté d’affaires françaises est présente dans les secteurs du bois, du pétrole, des mines, de la grande distribution, des télécoms et des services. Bien que faisant face à la concurrence déloyale de l’Asie, leur rôle dans la relance de l’économie gabonaise reste prépondérant.

Notons que cette réunion d’échanges et de partage a vu la présence de trois membres du gouvernement : Madéleine Berre, ministre du Travail et de l’Emploi, Nicole Jeanine Lydie Roboty épouse Mbou, ministre de l’Economie et de la Relance, Hugues Mbadinga Madiya, de la Promotion des Investissements qu’accompagnaient le secrétaire exécutif du Conseil national du Plan d’accélération et de la Transformation (PAT), Yves Sylvain Moussavou Boussougou et le directeur général de l’Agence Nationale de Promotion et des Investissements (ANPI) Ghislain Mboma Mouandza et la communauté économique françaises du Gabon.

Aller à la barre d’outils